samedi 20/09/2014
Journées d’études du réseau « Imaginaire Social et Création »

Secondes Journées d’Etudes du réseau Imaginaire Social et Création

23-24 mai 2014 - Caen/Paris IMEC- Paris VII

Comité de pilotage : François Bordes, Zoé Castoriadis, Philippe Caumières, Sophie Klimis, Mats Rosengren

 

 http://www.imec-archives.com/agenda/question-de-frontieres-frontieres-en-question/

 

 

 

La démocratie radicale de Cornelius Castoriadis et ses défis contemporains.
Les jeudi 24 et vendredi 25 avril prochains, à l’Université Libre de Bruxelles, se tiendra le colloque : Vers un renversement du projet d’autonomie ? La démocratie radicale de Cornelius Castoriadis et ses défis contemporains.

Contact : eric.fabri@ulb.ac.be
le 16 novembre 21013
Chers amis et membres de notre Association,

Nous serons heureux de vous rencontrer lors de notre AG qui se tiendra le

Samedi 16 novembre

A 14 heures précises

Dans les locaux de l’IMEC

174 rue de Rivoli 75001

Métro Palais Royal‎

01 53 34 23 23
Quelle démocratie ? 
Tome 1
(volumes 3 et 4 des Écrits politiques (1945-1997) de Castoriadis)
édition présentée et annotée 
par Enrique Escobar, Myrto Gondicas et Pascal Vernay
 
 

 Quelle Démocratie?

Tome 2

 

Table des matières du tome 2

Colloque organisé par le laboratoire Sophiapol, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, sous la responsabilité de Nicolas Poirier Mardi 15, mercredi 16 et jeudi 17 octobre 2013

Penser de façon conjointe les itinéraires de Cornelius Castoriadis et de Claude Lefort n’est pas quelque chose qui va de soi. Car si les parcours de Castoriadis et de Lefort ont pu effectivement se rejoindre dans le cadre du travail d’analyse critique mené à Socialisme ou Barbarie ou même dans les années 1970, au sein de revues comme Textures ou Libre, leurs tracés ne se confondront pour ainsi dire jamais et, s’il faut bien parler dans leur cas de convergences, celles-ci doivent plutôt être appréhendées comme des points de rencontre autour de problématiques et d’oppositions communes que comme l’aboutissement d’une réflexion menée de concert à partir d’une même sensibilité philosophique et politique. En fait, à étudier l’évolution conjointe des pensées de Castoriadis et de Lefort, il est surprenant de constater leur proximité sur un certain nombre de problèmes (l’analyse du phénomène bureaucratique, la volonté de ne jamais céder sur l’exigence démocratique notamment), en même temps que leurs différences importantes sur ces mêmes questions, les croisements de leurs itinéraires étant inséparables des points de rupture, les rencontres entre leurs pensées ne se métamorphosant jamais en recoupements purs et simples.

 

 

Premières Journées d’Etudes du réseau Imaginaire social et Création Caen– Paris
 

L’imaginaire de la ville

L’imaginaire de la ville, c’est bien sûr celui qu’elle suscite, celui qui nourrit la littérature, le cinéma, la musique ou encore la bande dessinée ; mais c’est également l’imaginaire relevant d’un collectif anonyme, comme dit Castoriadis : celui qui a présidé à l’institution même de la ville et qui renvoie à la dynamique qui la caractérise. Structurante pour les individus, la ville est en effet elle-même structurée par une certaine vision du monde : elle est une forme social-historique que l’on ne saurait réduire à des éléments constituants, mais qu’il convient d’envisager comme une totalité signifiante.

Aussi, loin de prétendre en rendre compte à partir de ce qu’elle n’est pas, s’agit-il de considérer la ville en tant que telle et de saisir les significations imaginaires qui la spécifient, lesquelles revoient aux significations centrales du monde social où elle s’inscrit. Pour les sociétés occidentales modernes, il s’agit du projet de maîtrise pseudo-rationnelle de la nature et des hommes et du projet d’autonomie qui, bien qu’hétérogènes en droit, structurent de fait (conjointement) les différentes dimensions de la société. Il n’est dès lors pas étonnant que quelqu’un comme Henri Lefebvre ait souligné cette ambivalence, assurant que, tout en étant aliénante, la ville moderne portait en elle des possibilités émancipatrices.

La question reste toutefois de savoir ce qu’il en est d’une telle approche alors que le néolibéralisme signe l’éclipse du projet d’autonomie. Aujourd’hui, la ville post-industrielle en appelle au « créatif » dans les formes les plus variées et les politiques d’aménagement du territoire entendent promouvoir, sinon programmer, la création dans tous les domaines, notamment culturels. Pour séduisante qu’elle soit en apparence, une telle démarche semble conduire à une ségrégation sociale incompatible avec le projet d’autonomie défendu par Castoriadis. Faut-il penser qu’elle éteint ainsi toute formes de résistance ? Ce serait réduire le développement de la ville à l’action volontaire et consciente des individus qui la composent, alors même qu’il ne cesse de la déborder pour s’affirmer comme une véritable création de soi. Si « la ville est la forme de l’humanité » comme dit Claudel, c’est dans la mesure où l’homme ne cesse d’altérer les formes de l’humanité, de les inventer, de les créer.

C’est ce que nous tâcherons d’envisager au travers de réflexions et d’analyses in situ, tant sur les rives de l’Orne qu’à Paris.


Comité d’organisation 2013 : Association Castoriadis, IMEC, Université Södertörn de Stockholm, en partenariat avec la ville de Caen.

Responsable scientifique : Philippe Caumières (p.caum@orange.fr)

Coordonnateur : François Bordes (francois.bordes@imec-archives.com)


Les traverses du temps
Dans le cadre de l’émission ’Les traverses du temps’ sur France culture le mardi 20 novembre à 19 heures sera diffusé une composition de Philippe Démier, ’le temple du sens’, tombeau pour Castoriadis.
Ecrits politiques 1945-1997

Viennent de paraître

aux éditions du Sandre les deux premiers volumes des écrits politiques de Castoriadis.

Edition préparée par Enrique Escobar, Myrto Gondicas, Pascal Vernay.

416 pages

Ecrits politiques 1945-1997, II

Vient de paraître

aux Editions du Sandre

Edition préparée par Enrique Escobar, Myrto Gondicas et Pascal Vernay.

 

574 pages.

postface Jean-Claude Michéa

En 1986, la chaîne de télévision britannique Channel 4 organisait une rencontre entre Cornelius Castoriadis et Christopher Lasch.

La collection Climats de Flammarion a décidé de publier cet entretien.

 

104 pages

Castoriadis par Chris Marker

"Une leçon de démocratie" est le titre de l’hommage au cinéaste disparu le 29 juillet, que le site Mediapart a mis en ligne. Il s’agit de la totalité de l’entretien avec Castoriadis que Chris Marker avait réalisé dans le cadre de la série pour la TV intitulée "l’héritage de la chouette"

http://www.mediapart.fr/

Vous pouvez voir cette video ici:

Video 1 (184MB) | Video 2 (184MB) | Video 3 (130MB)
Video 1 (131MB) | Video 2 (131MB) | Video 3 (93MB)

Lo que hace a Grecia, 2
Vient de paraître aux éditions Fondo de Cultura Economica la raduction en espagnol (amerique latine) du deuxième volume des séminaires sur la Grèce intitulé La Cité et les lois.
 Jeudi 24 et vendredi 25 mai 2012

Journées d’études organisées avec le soutien du FNRS, du Centre Prospéro et de l’IRSI des FUSL.

Programme

Jeudi 24 mai 2012

Matin.

9h30-10h. Accueil et ouverture des Journées par Sophie KLIMIS (Facultés Universitaires Saint-Louis)

10h-10h45. Raphaël GELY (FNRS-UCL/FUSL) : « Le corps comme œuvre d’art. Réflexion à partir de Castoriadis et Merleau-Ponty ».

10h45-11h15. Discussion

11h15-12h. Mats ROSENGREN (Université de Södertörns, Suède): « Doxology, Castoriadis, Art »

12h-12h30. Discussion

Pause midi. 12h30-14h.

Après-midi.

14h-14h45. Mathieu MENGHINI (Haute Ecole de Travail Social de Genève, ancien directeur du Forum Meyrin de Genève) : « Médiation et sujet »

14h45-15h15. Discussion.

15h15-16h. Emanuele PROFUMI (Universidad de Barcelona) : « Sur la création artistique : la distance du Chaos. Une réflexion à partir de Castoriadis »

16h-16h30. Discussion

16h30-16h45. Pause café

16h45-17h30. Theofanis TASIS (FUSL — European Post-Doctoral Fellowship Marie Curie) : « Improvising in front of the abyss: Castoriadis on art and autonomy »

17h30-18h. Discussion

Vendredi 25 mai 2012 de 10h à 18h45

Matin

9h30-10h15. Laurent LEYLAVERGNE, (Poitiers) : « Mortalité, a-sensé, violences concentrationnaires et exterminatrices : que peut l’art ? »

10h15-10h45. Discussion

10h45-11h30. Pierre VINCKE (Directeur de RCN Justice & Démocratie) : « Théâtre et promesse de démocratie au Burundi »

11h30-12h. Discussion

12h-12h15. Pause Café

12h15-13h. Claudia BOSSE (metteur en scène, artiste, directrice du Theatercombinat de Vienne) : « Thoughts and Methods around Dominant Powers. Que faire alors?, A Contemporary Tragedy, an Installation, a Performance, an Acoustic Landscape, developed in different versions and spaces for Vienna, Tunis and Zagreb (in planning) ».

13h-13h30. Discussion

Pause midi 13h30-14h30

Après-midi

14h30-15h15. Isabelle OST (FUSL) : « Penser l’art comme « chaoïde » (Deleuze) »

15h15-15h45. Discussion

15h45-16h30. Philippe DEMIER (Musicien compositeur, Université de Paris 8) : « Les formes du chaos et du pensable : un cheminement dans Le Temple du sens ».

16h30-17h. Discussion

Pause café. 17h-17h15.

17h15-18h15. Table ronde avec tous les intervenants.

Clôture des Journées

ADRESSE :
Facultés Universitaires Saint-Louis,
43, Boulevard du Jardin Botanique
1000 BRUXELLES

L’entrée est libre.

RENSEIGNEMENTS : Prof. Sophie KLIMIS, sklimis@fusl.ac.be
Analyses et témoignages
Vient de paraître aux éditions des Facultés Universitaires Saint Louis
sous la direction de Sophie Klimis, Philippe Caumières et Laurent Van Eynde (éd.) et la collaboration de Bernard Quiriny ; Antoine Chollet ; Amparo Vega ; Fabien Delmotte ; Patrick Marcolini ; Daniel Ferrand ; Daniel Blanchard ; Helen Arnold et Enrique Escobar

L’histoire du groupe «Socialisme ou Barbarie» ressemble à celle de toutes les avant-gardes : extrêmement isolé durant son existence (1949-1967), il est devenu quasi-mythique aujourd’hui sans que son apport théorique soit mieux connu. Ses analyses de la bureaucratie n’ont guère été lues par les courants de la
gauche critique, et s’il a influencé la mise en cause du marxisme
CILT 2 Toplumsal Ingelem ve Kurum
Vient de paraître aux éditions Iletisim d’Instanbul le deuxième volume de L’institution Imaginaire de la société.
Bruxelles : 9èmes Journées d’études Castoriadis - 24-25 mai 2012.

Facultés Universitaires Saint Louis,

Boulevard du Jardin Botanique, 43 - B-1000

 

Résumé de la thématique

Dans le cadre de ces 9èmes Journées d’études Castoriadis, nous souhaitons travailler sur les interactions, les tensions, voire, les contradictions, qui sous-tendent le double sens implicite à notre intitulé : l’art comme créateur d’un monde autonome/l’art comme vecteur du projet politique d’autonomie, c’est-à-dire d’émancipation démocratique. Castoriadis thématise sous forme de « paradoxe extrême » cette double visée de l’art : « totalement autarcique, se suffisant à lui-même, ne servant à rien, l’art n’est aussi que comme renvoi au monde et aux mondes, révélation de celui-ci comme un être-à perpétuel et inexhaustible moyennant l’émergence de ce qui, jusqu’alors, n’était ni possible, ni impossible : de l’autre » (Fenêtre sur le chaos, p. 27). Selon Castoriadis, le mode d’être spécifique de l’art est en effet de donner forme au chaos. Récusant toute théorie de la mimèsis, Castoriadis considère que l’art « n’imite » rien, si ce n’est ce qui caractérise fondamentalement l’être dans son ontologie de la création : la vis formandi. L’art est une puissance de création qui dévoile et présente (sans symbolisation, sans allégorisme) le chaos ou l’abîme originaire de l’être, — recouvert par l’institution sociale dans la vie quotidienne —, « moyennant un « donner forme » et en même temps la création d’un cosmos par ce donner forme » (Fenêtre sur le chaos, p. 135).

Chers amis et membres de notre Association,

Nous serons heureux de vous rencontrer lors de notre AG qui se tiendra le

Vendredi 9 décembre

A 17 heures précises

Dans les locaux de l’IMEC

174 , rue de Rivoli 75001

Métro Palais Royal

Au fond de la galerie d’entrée

Ordre du jour de l’A.G:

Θουκυδίδης, η ισχύς και το δίκαιο

Vient de paraître aux éditions Ktitiki le troisième volume de Ce qui fait la Grèce, intitulé Thucydide la force et le droit. Traduit en grec par Zoé Castoriadis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre de la treizième exposition de dOCUMENTA qui se tiendra à Kassel en 2012, est en cours de publication une série de manuscrits d’intellectuels et d’artistes sous le titre général 100 Notes-100 thoughts. Le n° 21 de cette série comporte des copies de manuscrits de Castoriadis.

Les manuscrits originaux sont en français et en grec traduits en anglais et précédes d’une inrtoduction par Nikos Papastergiadis en anglais et en allemand.

Les publications des Facultés universitaires Saint-Louis de Bruxelles

et la librairie Wallonie/Bruxelles à Paris

en partenariat avec l’Association Castoriadis, l’IMEC et Ent’revues

ont le plaisir de vous convier à une rencontre autour des

Cahiers Castoriadis

n° 6 Castoriadis et la question de la vérité

avec Sophie Klimis et Philippe Caumières

(Groupe de recherche Castoriadis)

Le Vendredi 17 juin à 17h

à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine

174, rue de Rivoli 75001 Paris

code porte fond de cour : 8512

Métro Palais-Royal Musée du Louvre

La présentation sera suivie du verre de l’amitié

Manifestation organisée par les publications des Facultés universitaires Saint-Louis et la librairie Wallonie/Bruxelles

Viennent de paraître en anglais:

* de Castoriadis :

Postscript in insignificance, aux éditions Continuum de Londres, traduit par Gabriel Rockhill et John Garner.

* sur Castoriadis :

- Marcela Tovar, Castoriadis, Foucault and Autonomy, aux éditions Continuum de Londres;

- Suzi Adams, Castoriadis’s Ontology, Fordham University Press.

pour plus de détails sur ces livres voir notre Bibliographie

L’AUTONOMIE EN PRATIQUE(S)
Thématique

Le projet d’autonomie individuelle et collective constitue le cœur indissociablement pratique et théorique de toute l’œuvre de Cornélius Castoriadis. C’est lui qui fait le lien entre l’engagement militant au sein de Socialisme ou Barbarie et la réflexion philosophique la plus abstraite, depuis la parution de l’Institution Imaginaire de la Société jusqu’aux séminaires donnés à l’EHESS. C’est aussi le projet d’autonomie qui constitue le carrefour originaire où se rejoignent tous les aspects de l’œuvre encyclopédique de Castoriadis, depuis son étude attentive de la Grèce ancienne — où ce projet a selon lui été créé —, jusqu’à sa théorie pratico-poiétique de la psychanalyse — l’analyse constituant un lieu d’entrée privilégié dans l’autonomie individuelle —, en passant par sa critique radicale de l’expansion illimitée du néocapitalisme, cette institution social-historique faisant courir au projet d’autonomie le risque d’une éclipse complète.

L’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine

et

l’Association Castoriadis

ont le plaisir de vous convier à une rencontre autour de

CORNELIUS CASTORIADIS

à l’occasion de la parution de

Thucydide, la force et le droit par Cornelius CASTORIADIS

(Editions du Seuil, 2011)

L’ontologie politique de Castoriadis. Création et institution

par Nicolas POIRIER (Payot, 2011)

avec Claudia MOATTI, Nicolas POIRIER et Lakis PROGUIDIS

le vendredi 1er avril 2011

à 18 heures

à l’IMEC

174, rue de Rivoli

75001 Paris Tél. 01.53.34.23.23

Code rue : 9614- code porche 8512

Réservation indispensable auprès de Laure Papin: 01.53.34.23.21 laure.papin@imec-archives.com

Faisant suite à un groupe de travail de l’Université scandinave d’été (NSU) qui, trois années durant, a organisé des séminaires internationaux autour de la pensée de Cornelius Castoriadis, une rencontre aura lieu à Tinos (Grèce) les 17, 18 et 19 avril prochains. Elle emprunte son nom à deux textes importants du philosophe, Individuality, Society, Rationality, History – Modes of Being and Problems of Knowledge. Les invités se retrouveront autour de quelques communications pour faire le point sur le travail effectué et pour ouvrir de nouvelles perspectives.

Viennent de paraître :

Thucydide, la force et le droit

Paris, éditions du Seuil

 

(pour les détails de l’édition voir la rubrique Bibliographie)

Ακυβέρνητη κοινωνία

Εκδόσεις ΕΥΡΑΣΙΑ

 

(pour les détails de l’édition voir la rubrique bibliographie)

Relativismo e democrazia

éditions Elèutera

 

 (pour les détails de l’édition voir la rubrique bibliographie)

Troisième conférence annuelle 25-26 novembre

The Third Annual Conference of Cornelius Castoriadis in the Antipodes

Thursday & Friday November 25/26, 2010


Presented by The Ashworth Program for Social Theory

The University of Melbourne

VENUE: The Lower Theatrette (G. 03)
Babel Building
The University of Melbourne

Lieu: Université de Södertörn, Institut français de Stockholm

Dates : 3, 4 et 5 Novembre

Langues: Français, Anglais

Traduction du français vers l´anglais
(Castoriadis et théorie politique contemporaine)
Γιώργος Ευαγγελόπουλος,
Vient de paraître aux éditions EURASIA.

L’auteur prend comme point de départ la comparaison de la démocratie représentative avec la démocratie directe. Il se base sur la position du philosophe pour cette dernière et contre la représentation qui aboutit en effet à des "oligarchies libérales".
7èmes journées d’études Castoriadis
Castoriadis sur l’agora philosophique.

(L’influence de Socialisme ou Barbarie sur la pensée française de l’après-guerre)

 

 Renseignements : sklimis@fusl.ac.be  Facultés universitaires Saint-LouisSalle des ExamensBoulevard du Jardin botanique , 43

1000 Bruxelles

 

 

Programme :

les 23, 24 et 25 avril 2010,Université de Lausanne

Colloque international de théorie politique organisé par Marie-Claire Calloz-Tschopp, Université de Lausanne, les 23, 24 et 25 avril 2010, La pensée et l’action dans le pouvoir : dynamiques soumission-insoumission et création politique. Réflexion avec H. Arendt, C. Guillaumin, C. Castoriadis, A. Sayad, N. Busch, R. Ivekovic et d’autres auteurs de théorie politique, de l’histoire des luttes sociales.

WWW.Unil.Ch/CTP2010

 

Castoriadis et les Grecs
L’importance de la Grèce ancienne dans la pensée de Castoriadis imposait que nous consacrions entièrement à cette thématique au moins une édition de nos Journées d’études annuelles. «Castoriadis et les Grecs» fut donc le thème choisi en 2008, à l’occasion de la parution de La cité et les lois, second volume reprenant les séminaires consacrés à la Grèce ancienne de Castoriadis à I’EHESS, et troisième tome de La Création humaine. Si l’étude de la Grèce ancienne n’émerge comme thématique centrale dans l’œuvre de Castoriadis que dans les années 1970, le lien avec son engagement politique de toujours est néanmoins patent. En effet, pour Castoriadis étudier la culture grecque, c’est «se demander comment, dans quelles conditions, par quelles voies la société humaine s’est montrée capable, dans un cas particulier, de briser la clôture moyennant laquelle, en règle générale, elle existe. Car cette attitude n’est aucunement universelle, mais tout à fait exceptionnelle dans l’histoire des sociétés humaines. Dès lors, Castoriadis situe son rapport aux Grecs bien au-delà de la simple interprétation, Il ne s’agit pas simplement d’érudition théorique mais d’un travail politique: «Quand nous abordons la naissance de la démocratie et de la philosophie, ce qui nous importe, c’est notre propre activité et notre propre transformation (de la société et du sujet), c’est la Grèce qui a créé la possibilité de ce projet de compréhension : comprendre sa propre histoire pour se transformer soi-même.» Si Castoriadis s’est attaché à étudier «ce qui fait la Grèce>’ des poètes, des historiens, des philosophes, mais aussi des institutions politiques, c’est donc parce qu’il la considère comme un germe d’autonomie politique et philosophique, à réinventer, interminablement. Ce sont les multiples facettes de ce «germe grec» que nous nous sommes efforcés de thématiser dans le présent recueil.
Introduzione a Castoriadis
Emanuele Profumi,
C’est une première introduction en italien de l’oeuvre et du penseur Cornelius Castoriadis.

Démocratie et relativisme    Débat avec le MAUSS

« À partir du moment où l’on met la société contemporaine précisément en regard de ses implications — ne serait-ce que de l’idée véritable de démocratie, de l’idée dans sa pleine potentialité —, on voit qu’il y a des choses qui ne vont pas. Et cette critique dépasse de loin les critiques marxistes traditionnelles. Il y a des phénomènes nouveaux, des phénomènes plus inquiétants, une sorte d’effondrement, d’enfoncement peut-on dire de l’humanité occidentale.»  C.C.

Réunie le 4 décembre 2009 en Assemblée Générale, l’Association Cornelius Castoriadis a procédé, conformément à ses statuts, au renouvellement de la moitié de son Conseil d’Administration. Pour assurer ce renouvellement, étaient démissionnaires : Chantal Bégaud , Philippe Caumières, Cybèle Castoriadis, Daniel Ferrand et Nicolas Poirier. Ils se sont tous portés candidats pour un nouveau mandat. En outre, suite à notre appel à candidatures se sont présentés Sophie Klimis et Gerassimos Stephanatos qui n’étaient pas membres du précédent conseil.

À l’issue du vote, ont été nouvellement élus ou renouvelés : Cybèle Castoriadis, Philipppe Caumières, Daniel Ferrand, Sophie Klimis et Nicolas Poirier.

Le nouveau conseil d’administration a donc la composition suivante :

Cybèle Castoriadis, Sparta Castoriadis, Zoé Castoriadis, Philipppe Caumières , Vincent Descombes, Pierre Dumesnil, Daniel Ferrand, Olivier Fressard, Sophie Klimis et Nicolas Poirier.

Chers amis et membres de notre Association,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la prochaine tenue de notre Assemblée Générale.

Elle aura lieu le :

4 décembre dans les locaux de la New York University de Paris

56, rue de Passy

 

à 19 heures

Métro Passy (ligne 6), ou la Muette (ligne 9)

Les personnes qui souhaiteraient se joindre à nous sont priées de nous en informer par email.

Ce colloque, le sixième d’une série de six, intitulé "Création, rationalité et autonomie", se tiendra à Tyrifjord (Norvège).

voir la page www.nsuweb.net Study circle 8: Creation, Rationality and Autonomy
The project of autonomy and the legacy of Cornelius Castoriadis
Après le succès de l’atelier sur Castoriadis qui s’est tenu à Melbourne l’année dernière, un colloque international aura lieu à Sydney vers la fin de 2009 organisé par :

THE SYDNEY SOCIETY FOR LITERATURE AND AESTHETICS

AND THE DEPARTMENT OF MODERN GREEK (UNIVERSITY OF SYDNEY)

sur :

THE PROJECT OF AUTONOMY AND THE LEGACY OF CORNELIUS CASTORIADIS

UNIVERSITY OF SYDNEY, DECEMBER 4-5, 2009
Interviews and Debates, 1974—1997
This posthumous collection of interviews and occasional papers given by Castoriadis between 1974 and 1997 is a lively, direct introduction to the thinking of a writer who never abandoned his radically critical stance. It provides a clear, handy résumé of his political ideas, in advance of their times and profoundly relevant to today’s world.

Un colloque Castoriadis s’est tenu à l’Université de Nice les 29 et 30 avril 2009

Intervenants : Aurélien Liarte (université de Nice) : « La socialisation de la psyché » ; Patrick Marcolini (université de Nice) : « Ellul et Castoriadis » ; Caterina Rea (université de Bruxelles) : « Sur le problème de la fonctionnalisation de la psyché » ; Johann Michel (université de Poitiers) : « Imaginaire et politique chez Castoriadis et Ricoeur » ; Philippe Caumières : « Introduction générale et la question du marxisme » ; Philippe Georges (Université de Nice) : « Que signifie la création, pour nous ? »

de Cornelius Castoriadis

Histoire et création

Textes philosophiques inédits (1945-1967)

Journées Castoriadis 2009

 Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis

Thème des journées : La vérité

L’entrée est libre

Site Web :

Journées d’étude organisées avec le soutien du F.N.R.S. http://www.fusl.ac.be/Files/General/sirl

20/01/2009

De passage à Paris pour une série de conférences, Sophie Klimis, chercheuse qualifiée du FNRS belge, attachée aux Facultés Universitaires Saint Louis, a accepté de donner une conférence au sein de notre association. Elle a présenté le travail du groupe de recherches Castoriadis des Facultés Universitaires Saint Louis, l’organisation des journées annuelles consacrées à l’œuvre de l’auteur et exposé l’état actuel de ses recherches personnelles à partir de l’interprétation castoriadienne de la Grèce ancienne. Caroline Montel, directrice de la New York University, nous offrait à nouveau son aimable hospitalité.

 Cette rencontre a eu lieu le:

 mercredi 28 janvier à 18 heures

56, rue de Passy 75016

 Métro PASSY (ligne 6) ou LA MUETTE (ligne 9)

(session d’hiver) 27-29 mars 2009

 This interdisciplinary network group investigates the original work of Cornelius Castoriadis, a very productive thinker within philosophy, radical politics and psychoanalysis in post-war France.

 The study circle arranges symposia on the thought of Castoriadis and discussions related to his work, e.g. on political self-organization, ancient Greek democracy, autonomy, phenomenology, psychoanalysis and contemporary social critique. Blog at http://castoriadis.blogspot.com/

 All the registered participants and abstracts are listed here :

http://nsuweb.net/url/?id=147

Entretien radiophonique entre la pianiste grecque Dora Bacopoulou et Cornelius Castoriadis diffusé le 22 novembre 1996 sur le « Troisième Programme » en Grèce. Traduit du grec par Cybèle Castoriadis et Myrto Gondicas. Titre et notes en bas de pages des traductrices.

Dora Bacopoulou. Pouvez-vous nous dire quand et comment naît votre amour pour la musique ?

Cornelius Castoriadis. Cela n’a vraiment rien de très original, je le dois à mes parents, ils adoraient tous deux la musique. Ma mère, sans être une pianiste professionnelle, jouait très bien du piano. J’ai donc baigné dans cette atmosphère. Nous avions aussi à la maison un phonographe et des disques : des chansons, des extraits d’opéras, etc. Je me revois enfant dans le grand salon que l’on ne chauffait pas l’hiver pour faire des économies. Je m’asseyais sur un pouf à côté du piano, j’écoutais jouer ma mère. Du Chopin, les Valses, la Grande Polonaise, d’autres choses, et je me perdais dans cette musique.

Sous la direction de Suzi Adams, à Monash University, Caulfield (Australie), aura lieu une journée Castoriadis le 28 novembre 2008. Participants : Suzi Adams, Craig Browne, Natalie Doyle, Vrasidas Karalis, Jeff Klooger, Jeremy C. A. Smith, Karl E. Smith.

Pour connaître le programme détaillé :

http://www.arts.monash.edu.au/sociology/conferences/index.php

 

A propos des recherches sur Castoriadis de l’organisatrice :

Conférence-débat, avec Gerassimos Stephanatos

Le samedi 25 octobre, de 14h à 18h

 Schola cantorum

269, rue Saint-Jacques

75005 - Paris

 conférence organisée par le Quatrième groupe

 

répondants : Evelyne Tysebaert, Jean Peuch-Lestrade 

Le Temple du Sens
Phlippe Démier, 07/10/2008

extrait 1, extrait 2, extrait 3, extrait 4, extrait 5

Le compositeur Philippe Démier s’est inspiré de l’oeuvre de Castoriadis pour cette création, qu’il lui a dédiée. Vous pouvez en écouter des extraits en cliquant sur les icônes. Interprétation : orchestre du Festival Envolées musicales.

Cornelius Castoriadis,
A l’automne 2008 paraîtra aux éditions du Seuil un volume d’inédits tirés des travaux préparatoires de Castoriadis pour sa thèse, présentés et commentés par Nicolas Poirier.
Ce colloque, le quatrième d’une série de six, intitulé "Création, rationalité et autonomie", s’est tenu à la Brandbjerg Højskole, près de Vejle (Danemark).

voir la page www.nsuweb.net  Study circle 8: Creation, Rationality and Autonomy

A l’occasion de la parution de La Cité et les Lois. Ce qui fait la Grèce, 2, l’Association a organisé une réunion dans les locaux de la

New York University de Paris,

Jeudi 12 juin

A 19 heures
56, rue de Passy 75016


 

27/05/2008

Le 27 mai 2008 a été créée une oeuvre de Philippe Démier : Le Temple du Sens, tombeau de Cornelius Castoriadis, pour sextuor (quatuor à cordes, clarinette et piano) à Paris au temple des Batignolles, en ouverture du festival "Envolées musicales".

4èmes Journées Castoriadis

Facultés universitaires Saint-Louis - Bruxelles : Journées Castoriadis 2008, les 8 et 9 mai.

Thème de ces journées :

"Castoriadis et les Grecs"

Ce qui fait la Grèce, 2
Le deuxième volume de Ce qui fait la Grèce, intitulé La Cité et les lois, et comprenant un choix de séminaires des années 1983 et 1984, vient de paraître.

Les actes du colloque Castoriadis dirigé par Sion Elbaz et Nicolas Poirier (université de Paris VIII) en mars 2007 viennent de paraître aux éditions du Sandre,

57, rue du docteur Blanche, 75016 Paris

tél. : 01 45 20 78 86

fax : 01 42 24 08 53

distribution l’Harmattan ; diffusion Silène

guillaumezorgbibe@editionsdusandre.com

Debates a partir de Cornelius Castoriadis
Yago Franco, Hector Freire, Miguel Loreti,
Recueil de textes du Grupo Magma de Buenos Aires
à l’occasion des 10 ans de sa disparition
06/03/2008
INVITATION

Chers amis et membres de notre Association,

notre AG s’est tenue le

Vendredi 7 décembre 2007 à 19 heures
Dans les locaux de la New York University de Paris

56, rue de Passy 75016.

Lors de cette AG ont été élus Vincent Descombes comme président et Chantal Bégaud comme membre du CA.

Vous pourrez lire prochainement en ligne des extraits de l’exposé d’O. Fressard sur la réception de l’oeuvre de Castoriadis

Pour les détails voir le Programme

"Qu’est ce le social-historique?"

Ce colloque, le deuxième d’une série de six, se tiendra au château de Wik.


voir  à la page www.nsuweb.net  Study circle 8: Creation, Rationality and Autonomy

3èmes Journées Castoriadis

Facultés universitaires Saint-Louis - Bruxelles ; Journées Castoriadis 2007, les 26 et 27 avril 2007.

Le thème de ces journées :

"PRAXIS ET INSTITUTION"

Envisager conjointement la praxis et l’institution permet de saisir l’une des dimensions les plus novatrices du travail de Castoriadis, qui consiste précisément à affronter sans fard l’aporie que manifeste le rapprochement de ces deux notions.

 

La rencontre organisée par la Nordic Summer University à Paris en février dernier a donné naissance à un projet de séminaire d’une durée de trois ans (2007-2010) intitulé « Création, rationalité et autonomie » consacré à l’étude de l’œuvre de Castoriadis et qui se déroulera dans le cadre de NSU.

Vendredi 23 mars 2007 - Sénace d’ouverture
Södertörns University College, MB503

Samedi 24 et dimanche 25 mars 2007 - Atelier
Södertörns högskola MB736

Cette rencontre se déroulera en anglais

Pour plus de détails voir

www.nsuweb.net Study circle 8: Creation, Rationality and Autonomy

Le programme détaillé de la rencontre

On peut se reporter également au blog créé à cette occasion

Blog at http://castoriadis.blogspot.com

Les initiateurs de ce projet prometteur sont :

Anders Ramsay et Ingerid Straume ainsi que Fotis Theodoridis, Mona Ringvej and Mats Rosengren

Séminaire sur Castoriadis

Le Centre d’Art Contemporain Arteleku, à San Sebastián, Espagne, organise le 4, 5, 9, 10, 11, 12, 16, 17, 18, 19, mai, un séminaire intitulé Castoriadis. Dilemmes de la création.

Pour plus d’information :

Fernando Golvano, coordinateur du séminaire. Fernando.golvano@ehu.es

Marta Font, contact in Arteleku: mfont@gipuzkoa.net

Pour plus de détails:

http://www.arteleku.net/4.1/programa/2006/Castoriadis.pdf

 

12/03/2006
Entretien de Castoriadis avec  Daniel Mermet  dans le cadre de l’ émission Là bas si j’y suis, le 25 novembre 1996, à l’occasion de la sortie de La montée de l’insignifiance. Le texte intégral de cette discussion est repris dans un petit volume publié aux éditions de l’Aube sous le titre Post-scriptum sur l’insignifiance.
/VP
Analyses et témoignages
Socialisme ou Barbarie aujourd’hui. Analyses et témoignages

sous la direction de Sophie Klimis, Philippe Caumières et Laurent Van Eynde (éd.) et la collaboration de Bernard Quiriny ; Antoine Chollet ; Amparo Vega ; Fabien Delmotte ; Patrick Marcolini ; Daniel Ferrand ; Daniel Blanchard ; Helen Arnold et Enrique Escobar

L’histoire du groupe «Socialisme ou Barbarie» ressemble à

celle de toutes les avant-gardes : extrêmement isolé durant son

existence (1949-1967), il est devenu quasi-mythique aujourd’hui

sans que son apport théorique soit mieux connu. Ses analyses

de la bureaucratie n’ont guère été lues par les courants de la

gauche critique, et s’il a influencé la mise en cause du marxisme

dans le champ intellectuel français à la fin des années 1970,

c’est au prix d’une dénaturation profonde de ses idées dans la

mesure où elle n’avait comme objectif que de dénoncer le

totalitarisme communiste, passant sous silence ses critiques du

capitalisme.
Nicolas Poirier,
Revue du Mauss, n°34, 2eme semestre 2009
Nicolas Poirier,

Cahiers critiques de philosophie n°8, hommage à François Châtelet, Hermann, juin 2009

 

à paraître en juin 2009.

10 ans de la mort de Cornelius Castoriadis (1922-1997)
Le 14 juin 2007 dans Xalapa, Mexique

IIIèmes Journées de l’Institut de Philosophie de l’Université Veracruzana

L’oubli de l’imagination.

10 ans de la mort de Cornelius Castoriadis (1922-1997)

Avec la participation de: Alfonso Ibáñez, Darin Mc. Nabb, Daniel H. Cabrera, Raymundo Mier

Pour plus d’information:

Daniel H. Cabrera, organisateur de la journée: castoriadisxalapa@yahoo.com.mx
Cornelius Castoriadis (1922-1997)

 

Réinventer l’autonomie

Colloque 

organisé par l’université

Paris 8

et l’université de Cergy-Pontoise

  

   Economiste, psychanalyste, philosophe, analyste critique de la politique, Cornelius Castoriadis est une figure marquante de la pensée contemporaine. Organisé à l’occasion des dix ans de sa disparition, ce colloque doit fournir l’occasion de repenser la notion d’autonomie, thème central dans le travail de Castoriadis, en interrogeant aussi bien les rapports entre théorie et pratique (première journée) que le problème de l’imaginaire social-historique (deuxième journée) ou la question des institutions politiques à même de favoriser l’accès des individus à l’autonomie dans le cadre d’une société réellement démocratique (troisième journée). Ce colloque devrait être l’occasion d’un travail de réflexion pour repenser les conditions d’un penser et d’un agir autonome avec Castoriadis.

Organisateurs : Nicolas Poirier, Sion Elbaz, Blaise Bachofen

Contacts : Castoriadis2007@univ-paris8.fr

 http://www.castoriadis.org

 

Vient de paraître (janvier 2007)  aux éditions du Seuil un recueil d’écrits et d’interventions de Castoriadis intitulé Fenêtre sur le chaos.
Pierre Vidal-Naquet était de huit ans le cadet de Cornelius Castoriadis, ils appartenaient donc à deux générations successives. Dans l’après-guerre, le premier, adolescent, poursuivait sa formation intellectuelle et sa quête d’une orientation politique, tandis que le deuxième, débarqué en France en 1945, s’engageait politiquement dans la mouvance trotskiste et mûrissait ses analyses sur l’URSS qui, bien des années plus tard, devaient lui donner une manière de célébrité. Vidal-Naquet découvrit assez tôt la revue Socialisme ou Barbarie et, par conséquent, les premiers écrits que Castoriadis y publia à partir de 1949. Cette lecture devait contribuer significativement à former sa pensée politique. Castoriadis, pour sa part, devait, au début des années 1980, lorsqu’il entreprit une enquête systématique sur la démocratie grecque ancienne dans le cadre de ses séminaires de l’EHESS, se nourrir, inévitablement, parmi les travaux de l’historiographie française de la Grèce, des études de Vidal-Naquet, Clisthène l’Athénien (écrit en collaboration avec. P.Lévêque, 1964) ou Le Chasseur noir (1981).
Anthologie

A paraître en février 2007

aux éditions Acratie :

Socialisme ou Barbarie

-Anthologie -

380 pages format 24 /16Dans les années 70 l’intelligentsia redécouvre la «démocratie» et les «droits de l’homme» et se sent saisie d’une nouvelle mission : dénoncer le totalitarisme communiste. Alors, elle se reconnaît des précurseurs, entre autres Lefort, Lyotard Castoriadis... Le groupe S. ou B. s’est ainsi trouvé, des années après sa dissolution, nimbé d’une gloire et d’une légende aussi aveuglantes sur sa réalité que les ténèbres dans lesquels il avait été confiné de son vivant. Cette légende est mensongère sur deux points essentiels. D’abord, le groupe critiquait tout autant les sociétés occidentales dites libérales et il n’a cessé de travailler à l’élaboration d’une critique unitaire des deux types de régimes. Deuxièmement, ce n’était pas un cénacle d’intellectuels mais un groupe de révolutionnaires pour qui le travail théorique n’a de sens qu’en vue de l’action sur le plan social et politique. C’est pourquoi quelques anciens membres du groupe Socialisme ou Barbarie* ont décidé de réunir en un volume un certain nombre d’articles de la revue du même nom, donnant un aperçu des idées développées tout au long du parcours de cette revue. Entreprise d’autant plus utile que la plupart de ces textes sont pratiquement introuvables

* Ont participé aux choix des articles, à la rédaction de la préface ainsi qu’aux textes de présentation : Hélène Arnold, Daniel Blanchard, Enrique Escobar, Daniel Ferrand, Georges Petit, Jacques Signorelli.

Textes de Daniel Mothé, Claude Lefort, A. Véga, C. Castoriadis, J.F. Lyotard, Paul Romano, Hugo Bell, S. Chatel, P. Brune, etc.

Pour aider à faire paraître ce livre vous pouvez souscrire dès maintenant et jusqu’au 31 janvier, au prix de 22 euros (port compris)

(Le livre sera vendu 27 euros en librairie)

Chèque à l’ordre d’Acratie

Acratie - L’Essart 86310 - La Bussière

contact : editionsacratie@minitel.net

 

Dans le cadre du colloque organisé par Ingerid Straume et Anders Ramsay sous le titre

"Social Autonomy - Systems, Movements, Interventions"

Une partie de l’après midi du vendredi 17 et la journée du samedi 18 seront consacrées à l’œuvre de Cornelius Castoriadis. Vous pouvez consulter le programme et les résumés des interventions à l’adresse suivante: Programme

Nous précisons que ce colloque aura lieu en anglais.

Les personnes souhaitant y assister sont priées de s’inscrire à l’adresse suivante : ingerids2@yahoo.no

Voici les précisions promises à propos des salles où se tiendra le colloque de la Nordic Summer University
Nous avons le plaisir de vous annoncer que l’Assemblée Générale de notre association s’est tenue à la date ci-dessus.

de 18 H 00 à 20 H 00
Salle 1 au 1er étage de l’EHESS
105, Boulevard Raspail
75006 Paris
 

JOURNAL

parutions récentes

A paraître

Colloques

Activités de l’association

annonces

Non classés

Association Castoriadis
1, rue de l’Alboni | 75016 Paris, France
Designed & Developed by: 2easy web applications