Penser en exil

les intellectuels grecs en France 1945-1980

29 novembre 2019

Maison des Sciences de lʼHomme Paris Nord/Amphithéâtre

20, Avenue George Sand - 93210 La Plaine Saint-Denis

Destin dʼun Idéal

Journées Scientifiques 16 et 17 mars 2019

Quatrième Groupe

Journées organisées par le

Quatrième Groupe

AGECA, salle Amphithéâtre

177, rue de Charonne, 75011 Paris

Métro Alexandre Dumas (Ligne 2)

Voir le programme

Colloque le 26, 27 et 28 octobre à lʼEHESS et à lʼUniversitéParis 7 Denis-Diderot

Actualité dʼune pensée radicale, Hommage à Cornelius Castoriadis

Intervenants

François Bordes, historien, responsable des archives Castoriadis à l’IMEC Frédéric Brahami, directeur d’études à l’EHESS, CRH-GEHM Philippe Caumières, docteur en philosophie Olivier Fressard, conservateur d’Etat à la Bibliothèque Nationale Gerassimos Stephanatos, psychanalyste, membre du Quatrième Groupe Florence Giust-Desprairies, professeur de psychologie sociale clinique, université Paris 7-Denis-Diderot.  Bruno Karsenti, directeur d’études à l’EHESS, laboratoire LIER Sophie Klimis, professeur de philosophie, université Saint-Louis, Bruxelles Frédéric Lordon, directeur de recherche au CNRS André Orléan, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS.

Temps, temporalités et histoire dans l’œuvre de Cornelius Castoriadis – Appel à contribution

Colloque organisé le 28 et 29 avril 2016 à Montréal

Résumé

L’objectif de ce colloque est de s’interroger, d’une part, sur la place qu’occupe le concept de temps au sein de l’œuvre de Cornelius Castoriadis et, d’autre part, d’explorer ses implications pratiques et théoriques. L’ensemble des contributions devrait ainsi converger vers la mise en perspective de thèses souvent admises au sujet de la spécificité de l’expérience capitaliste du temps, comme l’idée d’une « fragmentation », d’une « accélération » ou encore celle d’une montée du « présentisme ». C’est, par contraste, l’idée d’une expérience démocratique du temps qu’il s’agit aussi d’imaginer.

L’imaginaire politique

3ème Rencontre du réseau de recherche « Imaginaire social et création » du 21 au 23 mai Klagenfurt/Vienne

Si la politique peut être définie comme l’institution explicite de la société, il faut se poser la question de savoir en quoi l’imaginaire politique se différencie de l’imaginaire social, en quoi les modes d’agir et de représenter « politiques » se laissent analyser comme des modes sui generis avec des instruments d’analyse spécifiques qui sont en partie encore à inventer. Ce que Ernst Cassirer a ouvert comme champ d’analyse politique avec Le mythe de l’Etat, ce que Talcott Parsons a introduit comme « nouveauté » dans les sciences politiques et sociales, à savoir la « culture politique » ne sont que quelques notions parmi d’autres qui nous aident à élucider ce champ sémantique, suivies, plus récemment, par les notions de « political imagination », d’imaginaire politique ou d’imaginaire civique (Carole Pateman, Jonathan Spencer e.a.) Des approches philosophiques, de théorie politique, d’anthropologie, de sociologie et de psychologie des groupes seront tout aussi importantes que les contributions et réflexions artistiques ou politiques pour mener à bien ce travail.

All texts in archive: 11