PUBLICITES

Pour créer un lien à notre page

utiliser cette image

26 et 27 avril 2007 à Bruxelles

3èmes Journées Castoriadis


 Facebook  Delicious  Newsvine  Twitter

"Envisager conjointement la praxis et l’institution permet de saisir l’une des dimensions les plus novatrices du travail de Castoriadis, qui consiste précisément à affronter sans fard l’aporie que manifeste le rapprochement de ces deux notions.

La praxis, qui est ici à comprendre comme le faire visant l’autonomie de tous, exprime en effet l’ambition des hommes à créer collectivement leur devenir, à maîtriser le cours de leurs vies qui dépendent pourtant des institutions qui structurent le social. Or, ces dernières ne peuvent être pensées que par référence à une dimension imaginaire relevant d’un collectif anonyme: comment sinon éviter de réduire la société à ses fonctions ou à des interactions individuelles ? Or, dire que la société représente bien un niveau d’être irréductible, c’est dire que les institutions sont autonomes par rapport aux individus, et l’on ne voit dès lors pas comment ces derniers pourraient jamais les dominer : comment des êtres toujours déjà socialement institués parviendraient-ils à remettre en cause cela même qui les constitue ? Mais comment oublier par ailleurs les moments historiques où les hommes ont collectivement pris en charge l’organisation sociale, dessinant les linéaments d’une véritable démocratie, c’est-à-dire d’un régime où le pouvoir serait effectivement l’affaire de tous ? "Envisager conjointement la praxis et l’institution permet de saisir l’une des dimensions les plus novatrices du travail de Castoriadis, qui consiste précisément à affronter sans fard l’aporie que manifeste le rapprochement de ces deux notions.

Le rapport entre la praxis et l’institution pose dès lors plus largement encore la question du pouvoir sous toutes ses formes (de l’institution sociale jusqu’à la puissance contraignante de la raison philosophique)

Voilà qui conduit à reconnaître la légitimité du projet d’autonomie, et partant de celle de l’œuvre de Castoriadis dont la cohérence passe par l’élucidation, tout au moins partielle, d’une série de questions qui entremêlent indissolublement sociologie, philosophie et politique.

Jeudi 26 avril 2007

 

10 h : Introduction

par Philippe Caumières (Paris VIII)

 

Matinée

Présidence : Laurent Van Eynde (FUSL)

10 h 15 : Institution et durée publique,

Myriam Revault d’Allonnes (EPHE)

11 h 15 : Les niveaux ontologiques de l’institution chez Cornelius Castoriadis,

Raphaël Gély (FNRS-UCL)

12 h 15 : Interruption

 

Après-Midi

Présidence : Sophie Klimis (FUSL)

14 h 30 : Castoriadis lecteur de Max Weber,

Isabelle Kalinowski (CNRS)

15 h 30 : Pour une praxis renouvelée

Philippe Caumières (Paris VIII)

16 h 30 : Pause café

16 h 45 : La question de la praxis dans les écrits philosophiques inédits de Castoriadis (1950-1960)

Nicolas Poirier (Université de Cergy-Pontoise)

 

Vendredi 27 avril 2007

 

Matinée

Présidence : Guillaume de Stexhe (FUSL)

10 h : Praxis et critique de la rationalité,

Arnaud Tomes (Université de Strasbourg II)

11 h : Arendt, Castoriadis :

regards croisés sur le concept de pouvoir

Isabelle Delcroix (FUNDP Namur)

12 h : Interruption

 

Après-Midi

Présidence : Philippe Caumières (Paris VIII)

14 h : L’institution comme praxis de la finitude.

Une lecture anthropologique de Castoriadis,

Caterina Rea (UCL)

15 h : Castoriadis et les présupposés de la création politique,

Emanuele Profumi (Université de Rome)

16 h : Pause café

16 h 15 : Table ronde avec l’ensemble des participants

 

Groupe de recherche “Castoriadis”

Le Groupe de Recherches "Castoriadis" se donne pour objectif de favoriser un débat interdisciplinaire vivant autour de la pensée de Cornélius Castoriadis. L’oeuvre de Castoriadis nous semble aujourd’hui trop peu connue au regard de la richesse conceptuelle qu’elle recèle et de l’intérêt qu’elle peut dès lors représenter pour d’autres courants philosophiques et pour la plupart des sciences humaines. Elle est pourtant susceptible de favoriser la rencontre interdisciplinaire entre des thématiques de recherches naturellement trop enserrées dans des champs scientifiques institués. Il ne s’agit donc pas pour le Groupe d’entamer un travail hagiographique ni de développer une activité de recherche concentrée exclusivement sur les textes de Castoriadis, mais bien de profiter des nombreux enjeux de cette oeuvre pour en faire un objet de débat et l’un des « outils » de la pensée contemporaine.

Le Groupe de Recherches "Castoriadis" organise annuellement des journées d’étude aux Facultés universitaires Saint-Louis, à Bruxelles. Il invite aussi bien des chercheurs qui étudient couramment l’oeuvre de Castoriadis que des chercheurs et enseignants qui, n’étant pas nécessairement des familiers de son oeuvre, sont par là même susceptibles d’apporter un point de vue externe sur celle-ci – escomptant que, en retour, leur confrontation avec la pensée de  Castoriadis favorisera son intégration aux débats qu’ils mènent par ailleurs, dans leur propre discipline ou dans un champ interdisciplinaire. Le Groupe de Recherches "Castoriadis" est l’une des composantes du Séminaire Interdisciplinaire de Recherches Littéraires (SIRL) et membre du Réseau Interdisciplinarité et Société des FUSL

 

INFORMATIONS PRATIQUES

LIEU :

Facultés universitaires Saint-Louis

Boulevard du Jardin botanique, 43

1000 Bruxelles

Salle des examens (2ème étage)

RENSEIGNEMENTS :

M. Laurent Van Eynde

Tél. : 02/211.79.78.

Fax : 02/211.79.97.

e-mail : vaneynde@fusl.ac.be

L’entrée est libre

Site Web : http://www.fusl.ac.be/